Mémoire du Centre communautaire des femmes sud-asiatiques de Montréal

février 21st, 2014 No Comments

Un excellent mémoire du Centre communautaire des femmes sud-asiatiques de Montréal*…Des féministes conscientes des problématiques de classe, d’ethnicité et de l’instrumentalisation de la laicité et du féminisme par ce gouvernement populiste-identitaire.
En voici quelques extrais:
«Le projet de loi 60, la Charte des valeurs québécoises proposée, fait une interprétation intégriste du sécularisme afin de faire la guerre contre les minorités religieuses. Les résultats immédiats de ce projet de loi se font déjà ressentir lors de débats approuvés par l’État qui sont en réalité des attaques et qui accroissent simultanément la discrimination et l’agression patriarcale et raciste envers les femmes musulmanes voilées. L’analyse qui suit
démontrera que cette Charte proposée est fondamentalement déficiente. Le projet de loi 60 représente l’anti-égalité, l’anti-équité dans les sphères des genres, des races, des religions, particulièrement l’Islam. Tel qu’énoncé par Me Eliadis, « si cette haine avait été instiguée par quelqu’un qui n’aurait pas été protégé par des privilèges parlementaires, cette personne aurait été confrontée à la loi contre les discours haineux »

«En 2008, la commission Bouchard-Taylor, à qui nous avions aussi présenté un dossier et avec laquelle nous nous étions longuement entretenues, a publié un rapport. Parmi leurs « recommandations prioritaires » figurait « …la lutte contre l’inégalité et la discrimination ». Nos recommandations en ce sens se concentraient sur « l’urgence de lutter contre toutes formes de discrimination, l’islamophobie, l’antisémitisme et le racisme auquel est particulièrement sujette la communauté noire ;… offrir du soutien aux femmes immigrantes »

«Nous sommes choquées de constater que notre gouvernement vise à mettre en œuvre des pratiques qui excluraient de certaines fonctions publiques des musulmanes qui décident de porter le voile. Nous savons où mènent de pareilles mesures. L’histoire a démontré que les lois qui s’attaquent aux minorités engendrent une tyrannie de la majorité (en l’occurrence, la majorité judéo-chrétienne) et mettent fin au pluralisme et à l’acceptation. Le gouvernement s’est engagé sur un terrain glissant et il faudrait mieux faire demi-tour. »

«L’aspiration à la laïcité du Parti Québécois est ancrée dans une longue tradition de souveraineté libérale et de nationalisme conservateur aux valeurs républicaines françaises et aux discours de droite en ce qui a trait à l’égalité et à la liberté. Ce discours est né dans le contexte passé de la mission coloniale de l’Europe et continue à se perpétrer encore aujourd’hui. Derrière la Charte des valeurs se cachent des prétentions de modernité, de
progrès et la croyance que seule la laïcité peut sauver les gens ‘pré-modernes’, ‘moins évolués’ qui pratiquent une religion. La Charte perpétue la ‘mission colonisatrice et coloniale’, le ‘fardeau de l’homme blanc’, faisant la promotion de la ‘supériorité de la culture et des valeurs’ des québécois blancs francophones. »

«La Charte plaît à plusieurs Québécois francophones, ceux qui sont obsédés avec la généalogie et la localisation précise de leurs ancêtres ici au Québec et là-bas en France. Sous cette obsession se cache le désir de provenir de la souche, de former une race pure. Cette peur de perdre le sentiment de chez-soi est en quelque sorte une forme d’eugénisme : la peur de l’Autre, défini par sa race et menaçant la pureté de la race d’ici. Dans cette optique, la Charte convient bien aux nationalistes de droite. Cette situation est similaire au climat social de la France où le Front national est en ascension.»

«La Charte québécoise des valeurs a déclenché des réactions racistes, xénophobes et en particulier islamophobes, malgré les références aux turbans des hommes sikhs et des kippas des hommes juifs. Les personnes les plus touchées par cette Charte, comme l’ont montré les débats des derniers mois, sont les femmes et plus particulièrement la femme musulmane. C’est elle qui personnifie cet étranger menaçant la culture et l’identité
nationales. C’est elle qui est l’Autre, qui ne fait pas partie du Québec, bien qu’elle soit souvent née ici, qu’elle provient de la souche, qu’elle habite ici et qu’elle parle français. L’association religion-ethnicité démontre une ignorance profonde puisque nombre de femmes musulmanes voilées sont nées ici, elles sont de souche. Plus récemment, la polémique survenue à Verdun concernant des éducatrices à la petite-enfance portant le niqab a engendré des discours haineux et misogynes : « deux balles ; c’est la saison de la chasse, allons-y ! », « brulons ces femmes et violons les comme des porcs ! » Et nous posons la question, où sont les statistiques qui confirmeraient la peur de l’invasion des musulmanes voilées ?»

«Ce discours tenu par le groupe PDF assume que la race, la sexualité, les conditions économiques, la religion n’ont aucune incidence sur les relations entre les hommes et les femmes. Cet universalisme est une sorte de paternalisme. Les féministes bourgeoises et blanches se trompent si elles pensent qu’elles parlent au nom de toutes les femmes, et plus particulièrement des femmes discriminées et exclues. Les droits individuels et le droit de pratiquer une religion sont bafoués par le supposé bien-être commun et collectif acquis par la pratique de valeurs universelles et abstraites qui n’ont pas d’égard aux genres. Voilà un exemple de la célèbre phrase de Spivak (1988), des « femmes blanches qui sauvent les femmes noires des hommes noirs ». De croire que la femme non-voilée peut et doit parler au nom de la femme voilée est en soi une vision coloniale et paternaliste – le fardeau de la femme blanche !»

*Le Centre communautaire des femmes sud-asiatiques de Montréal (CCFSA) est une association féministe qui milite depuis une trentaine d’années pour les droits des femmes. Le CCFSA a pris part à plusieurs activités anti-charte organisées par le Collectif Québécois Contre l’islamophobie. Il a été l’une des sept associations à appuyer la grande manifestation du 14 septembre 2013 et la caravane de la liberté en direction de l’Assemblée nationale le 06 octobre 2013.

Mémoire pour la consultation concernant loi n° 60, Charte affirmant les valeurs de laïcité et de
neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodement.

 

http://www.sawcc-ccfsa.ca/EN/wp-content/uploads/2014/01/Brief-en-francais.pdf